Pourquoi je n’ai pas choisi le canon AE-1 – Argentique

Depuis que je vois de nombreux photographes commencer l’argentique sur Youtube je me rend compte qu’ils commencent tous par acheter un appareil en particulier, le Canon AE-1. La plupart le choisissent parce qu’ils ont vu une autre vidéo d’un autre photographe qui en parle, et parce que c’est un appareil peu cher et assez répandu (on peut le trouve facilement en ligne ou dans des brocantes). J’aurais aussi pu ne pas trop me poser la question et prendre ce modèle quand j’ai voulu commencer la photo argentique, parce que ça a quand même un effet rassurant de voir que nos photographes favoris, qu’on suit sur Youtube et qui nous inspirent, débutent l’argentique avec cet appareil.

Mais j’ai commencé à regarder sur internet les particuliers qui vendaient leurs vieux appareils argentiques et j’ai vu la multitude de modèles que je pouvais me procurer (parfois vraiment très peu cher), j’ai donc regardé de plus près leurs spécificités. Et c’est à ce moment là que je me suis vraiment demandé pourquoi tout le monde choisissait le AE-1 alors qu’il n’a pour moi aucun avantage sur les autres, et au contraire même : c’est un boitier à priorité vitesse. Ça signifie qu’avec sa cellule intégrée, le photographe choisit la vitesse et l’appareil choisit ensuite (ou indique dans le viseur) l’ouverture nécessaire selon la vitesse choisie.

En numérique, je travaille quasiment toujours en mode priorité ouverture (sauf pour les photos de nuit et autres exceptions) ce qui fait que je choisi l’ouverture, et mon boitier choisit tout seul la vitesse pour que ma photo soit bien exposée. Pour moi choisir l’ouverture fait partie de la composition d’une photo, puisque l’ouverture joue sur la profondeur de champ, et donc sur le flou d’arrière plan. Si on choisit d’avoir un arrière plan bien flou, ou au contraire si l’on choisit de voir l’environnement de la photo dans son ensemble change totalement l’intention de la photo.

Donc quitte à choisir un appareil argentique parmi une multitude de choix, j’ai choisi un boitier à priorité ouverture qui me correspond totalement. Dans mon viseur, la cellule m’indique la vitesse appropriée pour l’ouverture que j’ai choisie. Donc si je fais du portrait et que je veux un beau flou d’arrière plan je choisi une grande ouverture, et il se débrouille de la vitesse. Si l’ouverture est trop grande et que j’ai beaucoup de lumière, j’ai un petit voyant qui clignote rapidement pour me signaler qu’il ne peut pas déclencher assez vite pour avoir une quantité de lumière pas trop élevée qui va entrer par l’objectif. A l’inverse si je ferme trop le diaphragme et qu’il m’indique une vitesse en dessous de 1/60, je modifie aussi l’ouverture pour ne pas avoir de flou de bougé.

Si jamais vous voulez trouver un reflex équivalent ou même rester avec la marque Canon, le Canon A1 est lui un reflex à priorité ouverture (il en existe bien sur dans d’autres marques, à vous de fouiner sur internet). Cela dit, si vous avez déjà votre appareil argentique, ne vous limitez pas parce que c’est un priorité vitesse, pour avoir une ouverture voulue il suffira de jouer avec la vitesse et de voir dans le viseur quelle ouverture il vous propose, pour pouvoir ajuster en fonction. Et puis si vous ne vous souciez pas trop du flou d’arrière plan mais que vous faites de la photo avec un sujet en mouvement, alors le priorité vitesse vous conviendra plus que le priorité ouverture.

Dans tous les cas, renseignez-vous sur les différents modèles que vous pourriez vous procurer pour pouvoir choisir celui qui vous conviendra le mieux au niveau des réglages.

24 commentaires sur « Pourquoi je n’ai pas choisi le canon AE-1 – Argentique »

  1. Vous avez choisi un appareil en fonction de vos préférences. C’est bien de ne pas suivre comme un mouton les tendances du moment. Il y a tellement de choix en 24×36 sur le marché de l’occasion en ne citant que quelques marques : Olympus, Ricoh, Fujica, Pentax, Rollei, Konica, Minolta et tant d’autres.J’en ai utilisé beaucoup depuis mes débuts en photo. J’en ai gardé certains une vingtaine d’années pour au final en revendre une grande partie. Aujourd’hui, ce sont les mêmes reflex qui m’accompagnent depuis 1999 et je n’en change plus : https://histoires-de-photos.com/2019/05/04/materiel-photo-argentique-et-pellicules-35-mm/. Tout simplement parce j’ai trouvé l’outil qui me corresponde comme vous le dîtes vous même. Je vous souhaite de bonnes photos et de belles aventures en argentique.

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour Frédérique, pour ma part je n’ai pas choisi de Canon, j’ai pris un Pentax MZ 60, son avantage est d’avoir les trois modes: M, TV, AV, alors que d’autres modèles n’avaient pas ces trois fonctions, bien sûr il a aussi des modes personnalisés, mais je ne m’en sers pas.
    Et sans aucun doute pour en revenir à ton choix, il est très bon d’autant que tu l’as choisi pour l’ouverture. J’avais déjà lu pas mal de commentaires concernant le Canon AE-1 qui allaient tous dans le même sens que toi. C’est pour cela que j’ai pris ce Pentax qui offre beaucoup plus de fonctions.
    Je te souhaite une agréable journée.

    Aimé par 1 personne

  3. Bonjour à toutes et tous,

    Bien sûr, il convient de choisir son appareil selon ses envies et ses besoins.
    Le Canon AE-1 fut vendu de 1976 à 1984 à plusieurs millions d’exemplaires. Petit frère du célèbre A-1, il n’est pourtant pas le seul de la lignée, et si vous cherchez des priorités ouverture, il existe le AV-1 (1979) et – mieux – le AL-1 (1982) qui profite d’un système d’aide à la mise au point (Quick Focus) qui a ravi de nombreux amateurs en son temps.
    Ils sont moins connus et plus abordables que le A-1 et le F-1.
    D’autres marques, que je connais moins, proposent aussi des alternatives intéressantes. Simplement, le « système » Canon vous ouvre les portes d’un très beau parc d’optiques d’excellente qualité et qui sont, aujourd’hui, à prix abordables.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ces précisions ! Je ne connais pas encore beaucoup de modèles que ce soit chez Canon ou dans les autres marques. Par contre j’ai lu quelque part que Canon était spécialisé dans le sport contrairement à Nikon, à cette période, ce qui explique de retrouver plus de boîtiers à priorité vitesse chez Canon.

      J'aime

  4. hihihi… éternelle bagarre entre Nikon et Canon. Pour résumer, en 1959, Nikon sort le F, après une série d’excellents télémètriques dont le SP, qui servit de base pour le nouveau venu. Cet appareil répondait à une demande des professionnels qui voulaient un appareil simple et robuste. Et surtout, il inaugurait une nouvelle baïonnette, qui perdura de longue année. Cet appareil fut construit de 1959 à 1974 (soit près de 862000 appareils). Heu… nos constructeurs actuels peuvent en prendre de la graine : pas d’obsolescence programmée alors ! Il fut de toutes les guerres, de tous les reportages de la planète.
    Chez Canon, la même année, ils sortaient le premier Canonflex R, qui ne connu pas le même succès. Il fallut attendre 1964 pour que le Canonflex FX, qui lui allait inaugurer la famille des F, prenne le relais, dont le couronnement fût le F-1, sorti en 1971. Si le F1 était destiné aux professionnels, Canon sortait en même temps le Ftb, destiné aux particuliers. Tous les deux furent des succès et tous les deux inauguraient une nouvelle monture, la FD, qui connu une nombreuse descendance, d’excellente qualité.
    Bref, à partir de ce moment Canon et Nikon se sont retrouvés aussi sur tous les fronts, dans tous les coins où ça chauffait, et il y en eu …

    Aimé par 1 personne

  5. Bonjour (et au passage, merci pour le like sur ma page 😉 )
    Perso, j’ai un critère assez incontournable quand au choix de mes boîtiers argentiques : la monture M42.
    Ce n’est pas pour des raisons pratiques mais bien d’approvisionnement en optiques.
    Il m’arrive d’acheter un appareil à 30€ (style Praktica ou Zenit) simplement pour le caillou qui est proposé avec et je me suis maintenant composé une bonne collection d’objectifs (et de boîtiers) de qualité du 24 au 135.
    Et je suis très attaché au Praktica : un excellent viseur et une cellule très facile d’utilisation qui en fait un quasi-automatique à priorité ouverture avec la molette de vitesse qui tombe sous le pouce.
    Depuis peu, je me suis mis au moyen format 6×6 avec un Rolleiflex : génial !! Pas encore fait de tirage, mais je vais profiter de cette période de confinement pour m’y mettre…
    Bonne continuation argentique !
    Fabrice

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour, merci pour ton commentaire, c’est vrai que c’est pas mal d’avoir une bonne collection d’objectifs ! Moi pour le moment je n’ai qu’un 50mm !
      Du moyen format avec un Rolleiflex, le rêve !! J’ai très hâte aussi de tester le moyen format, mais je fouine encore pour comprendre et savoir quel modèle me conviendrai !
      A bientôt,
      Frédérique

      J'aime

  6. Bonjour à toutes et tous,
    Puisque nous sommes tous dans le même bateau (j’écris de Belgique et je suis italien), ce serait dommage de ne pas prendre ce temps donné pour essayer autre chose.
    Et le moyen format est une espèce de graal photographique pour nos plus jeunes – les autres aussi !, nés avec un smartphone et un APN en main.
    J’ai fait un petit essai de quelques marques célèbres, du Mamya 645, du Zenza Bronica S2, du Rolleiflex, des Yashica C et D, du Lubitel 2, … puis-je vous inviter à venir les lire, l’endroit ne me permettrait pas de tout résumer.
    Mais s’il fallait retenir quelque chose de ces essais, c’est que leur pratique demande un peu de temps (chouette, nous en avons !?) car c’est un autre univers qui s’ouvre à vous : celui de la préparation, de la réflexion avant la prise de vue. Vous verrez, c’est salutaire.
    Et un autre petit conseil : la plupart de ces engins ont un certain poids (qui assure leur stabilité), essayez d’avoir un trépied pour en tirer tout le parti, et munissez-vous d’une cellule à main, la plupart n’en ont pas, ou elles ne sont plus au top de leur forme.
    Ceci étant, vous verrez les choses en grands, avec des négatifs 6×9, 6×7, 6×6, 6×4,5 …
    Bonne découverte.

    Aimé par 1 personne

    1. Attention quand même, le MF est le meilleur moyen de tomber dans le grand format 🙂 4×6, 5×7, 8×10 voir plus !
      Quand vous sortez le premier négatif 6×6 de la cuve… c’est grand…
      Quand vous sortez le premier plan film 4×5 de la cuve… c’est très grand 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Bonjour Octave, merci de cette remarque pertinente. Habitué aux numériques ou – pour certains – au format classique du 24×36, ça risque en effet de perturber, mais c’est aussi le plaisir de la découverte et de s’émouvoir de la foule de détails que permettent ces grands formats. Super site que le vôtre soi-dit en passant.

        J'aime

    1. Bienvenue dans l’univers des anciens appareils … je peux comprendre que cela paraisse compliqué, en tout cas plus qu’un smartphone, voire même les APN de base, mais dites-vous que vous allez vous libérer des diktats de la mode photographique !
      Je m’explique : ce qui résume la prise de vue avec un ancien appareil se résume au triangle d’exposition (la sensibilité du film, la vitesse, l’ouverture), que les fabricants ont encapsulés dans des algorithmes (hé oui encore) au principe de vous simplifier la vie et la prise de vue. Résultat ? Tout le monde fait les mêmes photos, avec les mêmes rendus parce que le binaire ne laisse que 2 choix !
      Avec l’apprentissage de ce fameux triangle – dont vous trouverez milles explications sur la Toile – vous avez déjà 3 moyens de faire que votre photo soit la vôtre.
      Un peu de patience et de persévérance et vous allez adorer triturer ces réglages qui sont, in fine, bien plus simples et rapides à appréhender que les 500 pages d’un mode d’emploi indigeste et des menus à rallonge des appareils modernes.
      Bonne découverte de votre nouvelle vieille machine et bonnes photos.

      Aimé par 1 personne

      1. Merci Jean Pascal, j’en decouvre chaque minutes, (car ça ne fait que quelques jours que j’y touche) ; j’avoue que je ne pensais pas que cet appareil était considéré comme « ancien » car le prix etait assez elevé, même à l’epoque.
        La seul chose qui me manque, c’est le retour ecran, j’aurais aimé voir directement la photo dans l’ecran, mais je dois regarder dans l’oeil… après ça semble logique, je reglé la molette des zoom pour la netteté de l’image ; s’est intéréssant, et nouveau….

        Bon, de base, je voulais acheter un appareil qui transmettait direct les photos vers les réseaux, ou sur mon site, mais à la place, j’ai eu un sacré cadeau…

        J'aime

        1. Bonjour,
          Puis-je vous demander quel matériel vous utilisez ? Je pourrais sans doute vous donner des liens utiles pour le maitriser mieux.
          Vous pourriez déjà en trouver quelques uns sur mon site, si vous le désirez.
          Mais, surtout, ce type d’appareil aide à apprendre le temps de réflexion avant d’appuyer sur le déclencheur et si vous n’avez pas d’écran, vous utilisez tous vos sens pour composer et visualiser intérieurement ce que sera la prise de vue. Sachez que les films sont, généralement, plus enclins à pardonner les petites erreurs d’exposition.
          Et si je pouvais vous proposer un conseil, ce serait de vous munir d’un petit bloc-note sur lequel noter vos tâtonnements, voire réglages particuliers pour telle ou telle photo (ça pourrait aussi aider la labo lors du développement p. ex. si à un moment vous avez choisi de « pousser » votre film).
          Et je pense que vous aller aimer ce petit challenge que procure l’apprentissage de l’argentique.
          Bien à vous

          Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s